La lecture est un jeu avec la messagerie instantanee

Voilà une nouvelle activité pas du tout validée par l’éducation nationale pour accompagner les enfants dans leur découverte de la lecture.

ipadmsn2

Voilà une nouvelle activité « pédago-geek » originale et pas du tout validée par l’éducation nationale pour accompagner les enfants dans leur découverte de la lecture. Il s’agit tout simplement de jouer avec la messagerie instantanée afin d’initier les enfants au plaisir de la communication écrite et des interactions sociales, en exploitant leur intérêt pour les écrans.

L’envie de lire, décuplée par la motivation de communiquer
Avec des parents hyper connectés, des ainés qui passent leur temps à « chatter », inutile de s’étonner le jour où les benjamins revendiquent à leur tour le droit d’utiliser cet outil de communication. Ils comprennent vite le principe : on écrit quelques mots, on ajoute des images et hop on appuie sur la touche pour envoyer… et là tadada ! On reçoit aussitôt une réponse ! C’est un peu magique et surtout très drôle.

Communiquer tout simplement
Les émoticônes : c’est évidemment ce qu’ils préfèrent, surtout quand ils sont animés. Ils aiment provoquer des réactions : ils envoient un monstre, on répond avec un smiley effrayé, ils envoient un cadeau, on lui répond par un cœur etc.
Ils s’amusent à envoyer des séries d’images. Déjà ils cherchent à composer une sorte de message visuel.

Les premiers mots : les prénoms connus, papa, maman, des petits mots composés de phonèmes simples, coucou, dodo, doudou, des mots appris à l’école et même des onomatopées !

Improviser des petits jeux
L’aspect ludique de la messagerie instantanée est évident, mais il existe de nombreuses pistes pour ajouter de l’interactivité. Cela peut être la base de nombreux jeux, par exemple :

  • Pierre papier ciseaux
  • Devinette lecture : dans un premier message on envoie une image associée à son nom puis on envoie le mot seul et l’enfant répond avec l’image correspondante.

Qu’est-ce que tu écris sur ton ordi ?
En grande section de maternelle, les enfants déchiffrent leurs premières syllabes. Alors que les textes n’étaient auparavant que des masses informes de pattes de mouches et autres motifs cabalistiques, ils peuvent maintenant discerner des lettres, identifier des mots photographiés comme leur prénom, maman, papa… Ils perçoivent qu’il y a un sens, et sont curieux de découvrir quels secrets se cachent derrière ces mots mystérieux. « Qu’est-ce qu’il y a écrit sur ce panneau ? et sur la boite de céréales ? Et qu’est ce que tu écris sur ton ordi ? »… Aha ! Nous y voilà !

On sait que le meilleur moyen de donner le goût de la lecture à ses enfants c’est de lire soi-même. Il y a l’irremplaçable histoire du soir, le journal du matin, les livres, les magazines… Mais nous autres geeks devons avouer qu’une grande partie de nos lectures se passe aujourd’hui sur des écrans. Avant 3 ans, les études montrent que toute forme d’écran est à proscrire. Mais par la suite il devient vraiment difficile d’empêcher les enfants d’imiter leurs parents !

La fonction sociale comme moteur
Selon Vitgovsky l’apprentissage tire sa source de l’interaction sociale.
Je ne suis pas experte en remédiation ni en conflit sociocognitif mais j’ai bien souvent constaté que la motivation est stimulée dans un contexte social (amis, enseignants, famille).
Les interactions d’une conversation par messagerie instantanée sont très riches. On peut associer des images au texte, personnaliser son message, donner des indications complémentaires par le visuel. Bien sûr cela n’a rien à voir avec les milliers d’expressions d’un visage pendant une conversation orale, mais l’idée est là.

Les avantages de l’écriture-lecture sur écran

  • Acquisition du sens de l’écriture : l’ordinateur écrit toujours de gauche à droite, d’où une certaine imprégnation progressive.
  • Le clavier favorise l’apprentissage des lettres. On peut montrer les lettres, les nommer. De plus il permet d’effectuer facilement la correspondance majuscules/minuscules et de la mémoriser. Le simple fait de retrouver les lettres est déjà une action ludique gratifiante. Leur premier plaisir étant de réussir à taper leur nom sans notre aide.
  • La notion de mots en unités séparées par des espaces prend un sens : on appuie simplement sur la barre espace pour séparer les mots.
  • L’écriture manuelle est laborieuse et contraignante. Sur écran, on élude ces difficultés pour se concentrer sur d’autres objectifs. On peut se corriger sans ratures, créer facilement un texte bien présenté. C’est valorisant et cela peut donner ou redonner le plaisir d’écrire.

Bien sûr les critiques déploreront l’utilisation abusive de la messagerie par les jeunes et craignent que la maitrise de la langue soit affectée par le langage sms qui s’y pratique. Mais à cette étape, il n’y a aucun risque et c’est au contraire une motivation supplémentaire pour les plus jeunes d’accéder à un privilège des ainés.

Un commentaire

You must be logged in to post a comment.