On est tous des pingouins

clubpenguin

Les batailles de boules de neige et autres courses de luge font rage dans les salons, et depuis que Club Penguin est disponible en version française cela se passe en ligne dans ce monde virtuel pour enfants pas frileux.
Le succès de Club Penguin et son rachat par Disney laissent rêveur. Il faut reconnaître que le jeu a su réunir tous les atouts pour plaire à son public (et à leurs parents) :
•    Focus sur les jeux et les aspects communautaires
•    Crédibilité soutenue par l’association à une marque connue
•    Diffusion de produits dérivés (trading cards, jeux DS, Wii, etc)
•    Prix modéré et facilités de paiement
•    Communication parents (sécurité, modération etc)
Rappel des faits
Le Club Penguin est un site ludique et de socialisation destiné aux enfants, dont certains sont à peine en âge de lire, et développe un univers dans lequel ils peuvent faire évoluer leur pingouin, jouer à différents jeux, se faire des amis ou commander des pizzas.

« Les gens nous demandent : est-ce que c’est un jeu multijoueur à grande échelle ? Est-ce que c’est un univers virtuel en ligne ? », raconte l’un de ses co-fondateurs, Lane Merrifield, qui en a eu l’idée en regardant son enfant de cinq ans jouer sur son ordinateur. « Ce que nous voulons, c’est créer un terrain de jeu en ligne, un bac à sable. »

En août 2007, Disney a déboursé 350 millions de dollars pour Club Penguin, qui est une société canadienne, avec la promesse d’une rallonge de 350 autres millions si le site atteint des objectifs de fréquentation.

Le « Club Pingouin » revendique 10 millions d’utilisateurs, dont 700.000 ont convaincu leurs parents de payer un abonnement de quelques dollars qui leur permettent d’utiliser de l’argent virtuel pour acheter des vêtements à leurs doubles palmés ou du mobilier pour aménager leur igloo.

Les parents peuvent choisir de restreindre les capacités de discussion du pingouin de leur enfant à un nombre prédéfini de phrases ou les laisser s’exprimer à leur guise avec un filtrage informatique et manuel pour éviter de communiquer des informations trop personnelles ou éviter les discussions dangereuses.

Le plus grand concurrent de Club Penguin outre-atlantique est Webkinz. En Europe on voit Bella Sara, Barbie Girls et encore bien d’autres.

Qu’en disent les parents ?
« C’est bien mieux que beaucoup de jeux en ligne, et tous leurs copains y participent mais je refuse de payer tous les mois. »
« Ben suis rétro aussi pas question de payer quoi que ce soit, s’il joue c’est gratos…
« Et bien les nôtres sont abonnés ! Ils me reversent la moitie de leur argent de poche, et recyclent les poubelles. Et moi, je profite de leur abonnement gratos pour m’éclater au ice… chais plus quoi »
« Heureusement c’est un abonnement résiliable au mois le mois… le mien a arrêté… il a d’autre ambition avec son argent de poche !

Un commentaire

You must be logged in to post a comment.